image by Pixabay. Assiba, viol

Assiba, le drame d’un viol consommé (Part 1 )

« Non. Il est où ce bébé dont vous parlez ? Je ne vois rien dans son ventre. Elle n’est pas enceinte. Je ne vois rien. Assiba, je te jure que je vais me suicider. Tu vas me pousser à bout. Je préfère mourir que de vivre cette honte. » D’un bond elle se jeta par terre. Je n’ai rien vu venir.

Les faits ci dessous se déroulent, entre 11h et 15h.

Ma Nouvelle patiente

Alors que j’étais de garde, on m’annonça une nouvelle cliente. Je fis signe qu’elle peut venir. Mais non. ce n’était pas qu’une. Deux femmes avancèrent dans le bureau. La ressemblance et l’écart d’âge dans les traits physiques, m’ont fait penser qu’il s’agissait d’une mère et sa fille. La plus âgée avait l’air anxieuse. Visiblement quelque chose lui tenait particulièrement à cœur dans cette visite. Dès qu’elles se sont rapprochées de moi, cette dernière me lança:

-Bonjour manman doto. (Ce fameux manman qu’on colle aux sages-femmes. Cette appellation m’amuse parfois, mais ça demeure une grâce… )

Le contact

Moi : Bonjour. Comment vous portez vous? Alors en quoi puis-je vous aider? Asseyez-vous mesdames, dis-je en leur désignant les deux chaises devant moi. La dame s’assit en premier. La jeune-fille par contre est un peu plus timide. On dirait qu’elle a peur de croiser mon regard. Elle s’assit tout en gardant la tête baissée.

-Doto, c’est ma fille. Je veux que vous l’examiniez.

Moi : OK. Alors elle a quoi? Dites moi tout.

La mère : Depuis quelques mois, bientôt 4 je pense, elle n’a plus eu ses règles. Je l’ai emmené chez plusieurs tradi thérapeutes, elle a utilisé tous les produits qu’ils m’ont remis. De mon coté également, j’ai préparer des tisanes que des ami(e)s m’ont indiqués. Il parait que c’est la présence de myome qui provoque ça. J’ai tout utilisé. Mais rien. Elle n’a toujours pas eu ses règles. Je suis vraiment dépassée. Et c’est pour ça qu’aujourd’hui je l’ai emmener pour avoir le cœur net. Elle disait tout ça avec une voix tellement inquiète.

Moi : Ok. Avez-vous fait un test de grossesse?

-On en a fait hier. Mais ce n’était pas clair. Jusque là, la jeune-fille n’a pipé mot. Elle avait toujours la tête baissée.

Moi: Déjà, nous allons fait un test de grossesse. Mais d’abord, j’aimerais échanger quelques minutes avec elle.

Je vous présente Assiba et sa maman

Il s’agit d’une jeune-fille de 16 ans, élève en 3ème. C’est une demoiselle bien faite pour son age. Elle a une forme bien dessinée. A première vu, on sent ce coté innocent et inaccessible, qui la rend particulière. Elle est très belle, quand bien même sa peau a été dénaturée par la dépigmentation. En outre, on sent qu’elle prend soin d’elle, elle est propre . Et cette robe en tissu, coupée à la taille qu’elle porte, lui donne une allure de grande demoiselle. Je vais la nommer Assiba pour la suite.

Sa mère, une femme de la quarantaine environs, le visage un peu brulé par l’effet de la dépigmentation. Sa fille tient beaucoup d’elle. Elle est simplement vêtue d’un bomba, mais elle reste élégante. Elle sera maman Assiba. Je vais les sensibiliser à la fin de la consultation sur les effets néfastes de la dépigmentation sur la peau.

Seule à seule

Maman Assiba : Non je ne veux plus de test. Je n’ai pas apporté beaucoup d’argent.En plus j’ai laissé mes marchandises, il faut qu’on finisse vite pour que je puisse repartir. Examinez-la, pour que j’ai une idée claire de ce qu’il en est.

Moi : Bien. Dans tous les cas, accordez-moi un instant. Veuillez attendre dans le hall.

Elle se leva malgré elle. Avec des pas lourds. Difficilement elle sort de la pièce. Je la suivis du regard jusqu’à ce qu’elle ne disparaisse derrière le rideau.

De toute façon une adolescente enceinte, c’est une situation assez récurrente ici. C’est d’ailleurs pourquoi je suis là, à écrire. Les parents se plient en quatre pour envoyer leurs filles à l’école. Mais quand ça se solde par une grossesse, ce n’est pas toujours facile. Et encore moins pour les mères. C’est trop pesant cette histoire de genre dans notre société. Lorsque l’éducation échoue, c’est toujours la femme qui est pointée du doigt.

Enfin je vais pouvoir bien creuser

Moi : Bon maintenant que nous sommes seules, tu peux tout me dire. Je veux tout savoir. Dis-je à Assiba, avec un clin d’œil pour la rassurer. J’ai placer délicatement mes phrases. Avec un ton qui dit: Je suis de ton coté. Tu peux me faire confiance.

Déjà dis moi, te rappelles tu de la date de tes dernières règles?

Assiba : Je les ai eu en Novembre. J’ai oublié la date exacte.

Moi : Ok. Tu as un petit ami ? Un partenaire sexuel ?

Assiba : Non

Moi : Il n’y a donc pas de possibilité que tu sois enceinte ?

Assiba : ….

Moi : C’est quand la dernière fois où tu as tenu un rapport sexuel ?

On dirait qu’elle attendait juste que je ne finisse la phrase pour lâcher la pression. Elle éclate en sanglots. Les larmes coulaient seulement. Sans effort. Moi toujours assise derrière le bureau, je me suis plongée dans un silence sourd. Je n’ai pas arrêté de la fixer. Elle avait l’air tellement innocente…

Hello les amis. Ça fait un moment. J’espère que vous prenez bien soin de vous.

Nous reprenons du service. Et Si vous avez l’impression de lire un roman, ça tombe bien. Nous revenons bientôt pour la suite. Et surtout n’oubliez pas de donner vos avis en commentaire. Et plus important, partagez partout autour de vous.

23 commentaires sur “Assiba, le drame d’un viol consommé (Part 1 )

  1. J’ai l’impression d’être devant un roman et dans la salle de consultation avec vous. On attend la réponse de Assiba. Quelque chose me dit qu’elle est enceinte peut être de son père après un viol.
    Vivement la suite Nafi. Je suis impatient.

      1. Ohh ça sens le drame familial. On dirait qu’elle a été violée par un proche parent dès par le titre. Impatiente de lire la suite du livre en pour bien me prononcer

  2. J’ai vraiment apprécié surtout les détails. Et avec cette histoire nous allons tirer à la fin beaucoup de leçon. Je sais déjà qu’il s’agit d’un viol puisque le titre nous donne une idée.Mon imagination me dit sûrement elle était enceinte et avec toutes les tisanes que sa mère préparait, la grossesse n’a pas finalement tenir. Je suis impatiente de lire la suite.

  3. Félicitations Nafissate. Histoire bien relatée qui me plonge dans mon quotidien.
    C’est à croire que maman Assiba ne pense pas un seul instant que sa fille pourrait être enceinte. Après avoir échoué chez les tradithérapeutes, elle a recours à la médecine moderne. Malheureusement c’est le lot quotidien avec ses conséquences. Nous avons du pain sur la planche…
    J’ai hâte de lire la suite et j’imagine aussi le dilemme dans lequel tu as été.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires

10 choses que les filles doivent savoir avant leur premier rapport sexuel

Ça y est!! tu es sûre d’avoir rencontré le mec idéal. L’homme de ta vie. Mieux, tu as l’impression de marcher… Lire la suite »

A quand le premier rapport sexuel ?

 Le premier rapport sexuel, c’est la hantise de tous les adolescents et jeunes qui s’apprêtent à quitter leur statut de chaste… Lire la suite »

Iléwa

Assiba, le drame d’un viol consommé (Part 2)

Le viol. Précédemment… On dirait qu’elle attendait juste que je ne finisse la phrase pour lâcher la pression. Elle éclate en… Lire la suite »

S'inscrire à la newsletter

Souscrivez à la newsletter pour recevoir les dernières nouvelles and mise à jour de Iléwa.

Inscription avec Succès.